Coup de projecteur sur les vins biologiques

Soucieux des attentes de notre clientèle, nous avons décidé de répondre à cette demande de plus en plus vivace et d’élargir notre gamme dans ce domaine en proposant plusieurs références de vins dits « biologiques ».

Vous trouverez ci-après une petite introduction ainsi qu’une brève présentation pour chacun des vins.

Chiffres-vin-bio.jpg


Qu’est-ce qu’un vin bio ?

Beaucoup considèrent à tort qu’un vin « bio » est un vin sans sulfites ; rien n’est plus faux. Chassons d’ores et déjà cette idée préconçue de notre esprit. Car un vin sans sulfites, ça n’existe pas, le sulfite étant un moyen de conservation du vin. Un vin bio pourra certainement contenir une quantité faible de sulfites mais non absence totale. Mieux vaut parler de culture biologique et non de vinification biologique, c’est là que se trouve la différence. En effet, la culture de la vigne doit répondre aux normes alors que lors du processus de vinification, le vigneron n’est tenu par aucune règle, libre à lui d’ajouter tous les produits qu’il veut à son vin.

labour-cheval-vigne-montrachet-10.jpg

La culture biologique de la vigne signifie que celle-ci n’a reçu aucun pesticide, herbicide et autre traitement chimique. De plus, cette culture répond à un cahier des charges très strict que se doivent de remplir les vignerons ayant franchi le pas de ce type de culture.
Afin de clarifier les choses une bonne fois pour toutes, préférons l’appellation officielle de « vin issu de raisins de l'agriculture biologique ». Ce type de vin sera aisément reconnaissable au sigle « AB » présent sur l’étiquette, mention légale.


A noter que la viticulture bio représente 1,4 % du vignoble français. La région du Languedoc-Roussillon est la région où l’on rencontre le plus de domaines vinicoles travaillant en biodynamie (30%), vient ensuite la Provence (22%), le Bordelais (14%), la Loire (9%) et enfin la Champagne (1%)

vignes-bio-ouvertes-2013-decouvrez-3-domaines-biologiques.jpg


En France, le label « bio » est représenté par le sigle « AB » pour agriculture biologique. Il est le seul à faire l’objet d’une réglementation et à être reconnu par la loi. Pour obtenir ce label, les vignes doivent être cultivées selon un cahier des charges précis.

Elles sont ensuite contrôlées par un organisme certificateur indépendant (Aclave, Agrocert, Ecocert SA, Qualité France SA, Ulase ou encore SGS ICS) qui vérifie que le cahier des charges a bien été respecté. C’est seulement à l’issu de ce contrôle que les produits issus de ces vignes pourront disposer (ou non) du label AB.


Nous vous proposons plusieurs pistes, à vous de faire votre choix.

ZS_pzv1.jpg